La Cible

Mai 2017

La Cible, magazine officiel de l’IQPF, est destinée aux planificateurs financiers et leur permet d’obtenir des unités de formation continue (UFC). Chaque numéro aborde une étude de cas touchant les différents domaines de la planification financière.

Issue link: http://digital.carswellmedia.com/i/855790

Contents of this Issue

Navigation

Page 1 of 23

2 2 DONNÉES DE BASE LA VALEUR DU CONSEIL Étude de cas Jeanne est à la retraite forcée : à 59 ans, sa santé ne lui permet plus d'occuper son emploi. Elle n'a pu épargner énormément pour sa retraite, mais elle pourra compter sur l'héritage qu'elle a eu au décès de son mari, Jean, voilà 13 ans. En effet, elle a hérité d'une maison en ville ainsi que d'un REER de 150 000 $. Jean était aussi propriétaire d'une maison de campagne dont il a lui-même hérité de ses parents. Il a légué cette maison à Jeanne dans une fiducie exclusive au conjoint, mais dont la bénéficiaire ultime est leur fille Anne. Prévoyant, Jean a aussi laissé dans cette fiducie un petit capital dont les revenus suffisent pour payer les taxes et les dépenses d'entretien. Au fil du temps, il avait lui- même effectué des rénovations importantes sur cette résidence secondaire, mais les dépenses engagées n'ont pas vraiment été comptabilisées. La valeur actuelle de la maison a plus que triplé. Jeanne se questionne sur la situation fiscale relative à ces résidences. D'abord, les nouveaux taux d'imposition des fiducies testamentaires risquent d'entraîner un problème de liquidité. Ensuite, comme elle habite la maison de campagne, Jeanne se demande quelles seraient les conséquences sur les règles d'exemption du gain en capital réalisé sur la résidence principale si elle décidait de vendre la maison familiale et de garder la maison de campagne jusqu'à son décès. Devant toutes ces questions, elle se résout à consulter un planificateur financier. Jeanne sait qu'elle n'était pas exactement prête pour la retraite et elle voudrait éviter à sa fille Anne de vivre la même situation. Âgée de 32 ans, Anne vit avec son conjoint de fait, André, et leur petit garçon d'à peine un an, Caleb. Jeanne encourage Anne à consulter elle aussi un planificateur financier. Il pourra l'aider à planifier sa retraite, même si cela semble si loin, et aussi la tenir au courant de tous les changements qui pourraient avoir un impact sur sa retraite, par exemple les modifications aux régimes publics. Mais Anne n'est pas convaincue. Quelle serait pour elle la valeur ajoutée de consulter un planificateur financier ? Jeanne fait remarquer à Anne qu'avec un conjoint de fait et un enfant, la planification successorale est nécessaire. Anne, qui habite le rez-de-chaussée d'un immeuble à revenus dont elle et André sont les propriétaires, croit que son immeuble et ses actifs iraient tout simplement à son fils Caleb si le pire devait lui arriver. Jeanne n'est pas convaincue que cela est aussi simple, ni que cela est la meilleure option. Avec un testament, Anne aurait davantage de contrôle sur ce qui reviendrait à son fils, et à quel moment. Finalement, Anne et André envisagent d'acheter un second immeuble à revenus. Ils n'y ont pas trop réfléchi lorsqu'ils ont acquis leur premier immeuble, mais pour leur prochain achat ils veulent prendre la meilleure décision possible… Est-ce qu'il est mieux de s'assurer auprès du prêteur hypothécaire ou d'aller voir ailleurs ? De plus, ils se demandent si les nouvelles règles de resserrement hypothécaire ont un impact sur leur projet. Présentation de la famille Jeanne Gingras 59 ans Jusqu'à tout récemment, Jeanne était préposée aux bénéficiaires dans un foyer pour personnes âgées. Malheureusement, elle a dû cesser de travailler parce qu'elle avait trop mal au dos pour continuer ce travail exigeant physiquement. Elle vit seule dans sa maison de campagne depuis que son mari, Jean, est décédé. Anne Gingras 32 ans Anne travaille en publicité. C'est d'ailleurs à son travail qu'elle a rencontré son conjoint, André. Sept ans plus tard, ils sont propriétaires d'un immeuble à revenus et les heureux parents d'un petit garçon d'un an, Caleb. La vie leur sourit et Anne ne voit pas l'intérêt de s'attarder à la planification de ses finances, puisqu'elle a un régime de retraite avec son employeur. André Anderson 33 ans André est chargé de compte dans une agence de publicité-marketing – la même agence qui emploie sa conjointe, Anne. Comme elle, il prend sa planification financière un peu à la légère, misant sur l'immobilier pour accumuler de la richesse.

Articles in this issue

Archives of this issue

view archives of La Cible - Mai 2017